Skip to main content

Il est difficile de connaître la valeur de l’eau jusqu’à ce qu’elle soit partie.

Mark UdallAncien sénateur des États-Unis

Historiquement, on a supposé que l’eau était essentiellement gratuite et abondante, de sorte que la quantité d’eau utilisée dans les entreprises et les secteurs publics était généralement peu préoccupante. Les entreprises et le secteur public ressentent maintenant les effets de la pénurie d’eau et, par conséquent, ils réagissent à des degrés divers. La pénurie d’eau est alimentée par la croissance démographique et l’expansion industrielle, qui sont encore compliquées par les effets négatifs du changement climatique tels que les sécheresses et les phénomènes météorologiques extrêmes. Cette combinaison de facteurs impose des contraintes à l’accès et à l’utilisation de l’eau, même dans certaines régions où l’eau a toujours été abondante.

Avantages de l’eau

L’eau a de la valeur pour chaque personne, entreprise, secteur public, service d’eau et écosystème. Il est difficile d’attribuer une valeur à l’eau, car il s’agit d’une ressource partagée et tout le monde n’a pas la même vision de l’eau – à la fois la valeur et la Valeurs. Il existe de nombreuses variables qui déterminent la valeur de l’eau pour une personne ou une entreprise.

Du point de vue des attributs physiques, la quantité et la qualité sont les plus importantes, en partie parce qu’elles dictent la quantité d’eau disponible et si l’eau est potable ou convient à d’autres fins (p. ex. irrigation). Il existe des risques liés à la quantité et à la qualité en raison de la diminution de la quantité d’eau douce et de la quantité croissante de pollution de l’eau due à la croissance démographique, au changement climatique, à l’urbanisation et à l’augmentation des revenus (JP Morgan, 2008).

La quantité et la qualité sont les facteurs fondamentaux de la gestion de l’eau, mais si nous voulons évoluer vers des stratégies de gestion de l’eau, nous devons nous tourner vers « les cinq dimensions du développement durable : politique, sociale, économique, environnementale et culturelle » (Chelby, 2014). Le concept de l’eau en tant que bien économique a été développé dans le cadre de la préparation du Sommet de la Terre à Rio de Janeiro, en 1992. Il a fait l’objet de discussions approfondies lors de la Conférence internationale sur l’eau et l’environnement et a été transformé en Déclaration de Dublin sur l’eau et le développement durable (Déclaration de Dublin sur l’eau et le développement durable, 1992). Les Principes de Dublin ont joué un rôle important dans l’identification de la nécessité d’une gestion intégrée de l’eau, à savoir :

  1. L’eau est une ressource limitée, vulnérable et essentielle qui devrait être gérée de manière intégrée.
  2. La mise en valeur et la gestion des ressources en eau devraient être fondées sur une approche participative, impliquant toutes les parties prenantes concernées.
  3. Les femmes jouent un rôle central dans l’approvisionnement, la gestion et la sauvegarde de l’eau.
  4. L’eau a une valeur économique dans toutes ses utilisations concurrentes et devrait être reconnue comme un bien économique.

Il est important de noter que les objectifs de développement durable (ODD) de 2015 ont maintenant un objectif et des mesures dédiés à l’eau (Objectifs de développement durable des Nations Unies: 17 objectifs pour transformer notre monde, 2017). L’ODD 6 est consacré à l’accès à l’eau potable, à l’assainissement et à l’hygiène.

Capital naturel et valeur écosystémique

La quantification de la valeur monétaire de l’eau pour les services écosystémiques est une considération essentielle lors de l’évaluation de l’eau pour les secteurs public et privé. Les valeurs globales et par hectare des écosystèmes ont été calculées sur la base de l’estimation des valeurs indirectes des écosystèmes aquatiques dans la lutte contre les inondations, la recharge des eaux souterraines, la stabilisation et la protection des rives, le cycle et la rétention de la nutrition, la purification de l’eau, la préservation de la biodiversité, les loisirs et le tourisme.

La valeur d’intendance découle d’une croyance (morale ou religieuse) selon laquelle les humains sont tenus de préserver un certain niveau de qualité de l’eau, même lorsqu’il n’y a pas de prélèvement ou d’avantages pour l’utilisation des cours d’eau. Au lieu d’une responsabilité ou d’une obligation de maintenir la qualité de l’eau, la valeur altruiste concerne le plaisir que les gens reçoivent de savoir que d’autres bénéficient d’avantages de retrait ou d’utilisation des cours d’eau. La valeur du legs est similaire à la valeur de la gestion de l’eau, où l’on croit que les humains existants sont obligés de maintenir un niveau acceptable de qualité de l’eau pour « léguer » aux générations futures. Enfin, la valeur d’existence découle de la satisfaction de certains de savoir qu’il existe un niveau acceptable de qualité environnementale. En ce qui concerne ces valeurs, si la qualité de l’eau diminue, les objectifs d’intendance, de legs et d’existence pourraient ne pas être atteints, tandis que les avantages connexes diminueront (Dumas, Schuhmann et Whitehead, 2005).

Valeur spirituelle et culturelle

Bien qu’un bien économique spécial et les lignes directrices ci-dessus nous permettent d’aller plus loin dans l’évaluation de l’eau, nous devons garder à l’esprit que l’eau a également une dimension culturelle. Il serait difficile de quantifier le valeur spirituelle de l’eau, cependant, toutes les grandes religions du monde, le bouddhisme, le christianisme, l’hindouisme et l’islam, accordent une valeur spirituelle significative à l’eau (Groenfeldt, D. Water Ethics: A Values Approach to Solving the Water Crisis. Earthscan, 2014).

Par exemple, dans les funérailles bouddhistes, l’eau est versée jusqu’à déborder dans un bol placé devant les moines et les défunts. Dans le christianisme, l’eau est utilisée dans le baptême et le lavage, ce qui symbolise la purification et la purification. Les hindous croient que toute l’eau, en particulier les rivières, est sacrée parce qu’on croit aussi qu’elle a des propriétés nettoyantes et est utilisée pour atteindre la pureté physique et spirituelle. Avec cette valeur importante accordée à l’eau, c’est un élément nécessaire dans presque tous les rites et cérémonies de l’hindouisme. Dans l’Islam, l’eau est reconnue comme l’origine de toute vie sur Terre, comme la substance à partir de laquelle Dieu a créé l’homme, et comme une ressource de soutien et de purification.

Ne pas considérer comme non quantifiable, la valeur spirituelle de l’eau lorsque l’on considère la valeur globale de l’eau serait de ne pas tenir compte de siècles de tradition et de rituel tels qu’appliqués par plus de la moitié de la population mondiale.

Vue de la valeur basée sur les risques de l’entreprise

L’eau, comme toutes les ressources, a une valeur qui varie en fonction de son utilisation ou de sa non-utilisation. Cependant, le risque lié à l’eau pour les entreprises est généralement défini comme ayant trois dimensions de risque – physique, réglementaire et réputationnel. De nombreuses entreprises sont confrontées à ces trois types de risques qui perturbent la continuité des activités. Les risques physiques découlent de problèmes de quantité et de qualité. Les problèmes sont assez simples, trop peu d’eau (rareté), trop d’eau (inondations) ou une eau de mauvaise qualité. Les causes de ces risques ne sont pas aussi simples et sont une combinaison de problèmes – surallocation, sécheresses ou catastrophes naturelles. Le risque physique a un impact sur les entreprises tout au long de leur chaîne de valeur – chaîne d’approvisionnement en amont, opérations et, dans certains cas, utilisation des produits. Pour de nombreuses entreprises, une eau de mauvaise qualité peut également représenter un risque, comme dans le secteur de la fabrication de semi-conducteurs, qui nécessite une eau ultra-pure pour la production.

Ces risques liés à l’eau se traduisent par des impacts financiers. Il existe trois « canaux principaux » par lesquels les risques liés à la rareté ou à la pollution de l’eau peuvent affecter la performance financière, les pertes financières, les coûts plus élevés et la croissance retardée ou supprimée. Les pertes financières découlent de la perte de revenus due au ralentissement du processus de production (JPMorgan, 2008). Un manque d’eau ou de qualité de l’eau pourrait entraîner une perte de profits pour une entreprise parce qu’elle n’est pas en mesure de produire autant qu’elle l’aurait fait avec une eau de haute qualité. Un problème de perte financière pourrait résulter d’un risque de réputation dû à un sentiment public négatif à l’égard d’une entreprise, ce qui amène les gens à cesser d’acheter le produit.

Le dernier canal affectant la performance financière est le retard ou la suppression de la croissance en raison de l’intensification de la concurrence pour l’eau. Le manque de quantité et/ou de qualité est une menace imminente pour les opérations commerciales parce que les gens ont besoin d’eau avec d’autres entreprises. Par exemple, si une entreprise se trouve dans une zone soumise à une grave sécheresse (risque physique), la réglementation allouera, espérons-le, de l’eau aux personnes qui en ont besoin, car la santé est la priorité numéro un en matière de pénurie d’eau ou de baisse de la qualité de l’eau.

Qatium Experts

Will Sarni est le fondateur et PDG de Water Foundry et est l’un des nombreux experts avec lesquels nous co-créons Qatium.

Ressources

  • Chelby, J. (2014). La valeur de l’économie de l’eau de l’eau pour une utilisation durable. L’économie
    et Social Review, [online] 45(2), pp.207-222. Disponible ici.
  • Dumas, C., Schuhmann, P. et Whitehead, J. (2005). Mesurer les avantages économiques de l’eau
    Amélioration de la qualité avec transfert de prestations : Introduction à l’intention des non-économistes. Américain
    Symposium de la Société des pêches. [online] Disponible ici.
  • Déclaration de Dublin sur l’eau et le développement durable. (1992). Dans: International
    Conférence sur l’eau et l’environnement. [online] Organisation des Nations unies. Disponible ici.
  • Groenfeldt, D. (2014) Water Ethics: A Values Approach to Solving the Water Crisis. (Earthscan).
  • JP Morgan (2008). Watching Water: A Guide to Evaluating Corporate Risks in a Thirsty World.
    Recherche sur les actions mondiales. [online] Disponible ici.
  • Objectifs de développement durable des Nations Unies : 17 objectifs pour transformer notre monde. (2017). But
    6 : Assurer l’accès à l’eau et à l’assainissement pour tous. [online] Disponible ici.
William Sarni

About William Sarni