Skip to main content

La transformation numérique des opérations et des systèmes peut créer une valeur substantielle pour les services d’eau. Avec ce potentiel important, cependant, les services publics font souvent des erreurs quand il s’agit de savoir pourquoi et comment ils investissent dans certaines technologies , ce qui conduit à des retours sur investissement décevants.

Ci-dessous, je partage mes réflexions sur la façon dont les services publics peuvent commencer leur parcours de transformation numérique réussi, notamment:

  • Comment les services publics peuvent éviter de commencer un parcours de transformation numérique sans destination claire
  • Un regard sur les technologies sur lesquelles les services publics se concentrent actuellement
  • Les problèmes découlant de l’investissement dans les mauvaises technologies
  • Comment commencer petit, mais avec des objectifs finaux plus grands à l’esprit

Transformation numérique : pourquoi les services publics ont besoin d’une destination finale

Le numérique est vraiment important en ce moment dans le secteur de l’eau. « Eau numérique » est le mot à la mode autour duquel tout tourne.

Bien sûr, les services publics doivent commencer leur voyage numérique quelque part. Ce dont je suis témoin, cependant, c’est que beaucoup commencent le voyage sans destination claire en tête. À certains égards, cela crée des problèmes car beaucoup d’efforts et de ressources vont être investis dans leurs parcours numériques – mais les résultats ne suivront pas toujours.

Pour cette raison, il est extrêmement important pour les services publics d’examiner attentivement leurs objectifs finaux, d’avoir une idée claire de ce qu’ils veulent atteindre et d’évaluer les objectifs stratégiques qu’ils veulent atteindre avant de se lancer dans la numérisation du service public.

La technologie sur laquelle les services publics se concentrent actuellement

Le paysage technologique est en constante évolution, et je séparerais toujours la discussion entre le matériel et le logiciel.

L’exemple le plus courant de matériel que nous voyons est
le comptage intelligent piloté par AMI
pour recueillir des quantités importantes de données auprès des utilisateurs finaux. Des capteurs de pression et des capteurs de qualité de l’eau ont également été déployés à distance, ce qui poursuit la tendance des données SCADA.

En termes de logiciels, de
jumeaux numériques
sont le « concept chaud » en ce moment, car ils fournissent une compréhension en temps réel de ce qui se passe au niveau du système. Dans le même temps, je pense qu’il existe de nombreux systèmes d’aide à la décision basés sur des moteurs d’intelligence artificielle, ce qui signifie que les services publics ont le choix entre de nombreuses options. Le problème est que les services publics n’ont pas toujours une idée claire de la technologie dont ils ont besoin et pourquoi.

Les problèmes découlant des investissements dans la mauvaise technologie

À l’heure actuelle, nous constatons beaucoup d’investissements dans la technologie de l’eau qui sont parfois soutenus par les administrations. Un bon exemple en est l’Espagne, où 3 milliards d’euros vont être investis dans l’eau numérique au cours des prochains mois.

Le problème que je vois souvent, cependant, est un manque de réflexion claire et stratégique lorsqu’il s’agit d’appliquer des solutions numériques. Il y a beaucoup d’investissements dans le matériel – généralement des compteurs intelligents – et je pense que l’un des problèmes que cela peut causer est que lorsqu’il n’y a pas de retour sur un investissement important, cela crée inévitablement des doutes à moyen terme.

Bien que cet investissement génère une énorme quantité de données, il n’y a souvent pas de plan clair pour ce à quoi les données seront utilisées. Les investissements dans ce type de technologie ne sont pas des investissements ponctuels. Par exemple, dans le cas des compteurs intelligents, ceux-ci devront être renouvelés dans quelques années et éventuellement remplacés, ce qui représentera un autre investissement important – et sans plan, les services publics ne peuvent pas s’attendre à voir un retour sur investissement.

Conseils pour les services publics qui se lancent dans leurs voyages numériques

Que le numérique entre en jeu ou non, je pense que la gestion de l’eau reste la même. L’ABC doit d’abord avoir une stratégie claire en tête – Quels sont vos objectifs stratégiques? Où voulez-vous être dans 10 ans? À partir de là, les services publics peuvent concevoir un plan numérique efficace pour atteindre ces objectifs.

Certains services publics n’ont pas non plus une compréhension complète du potentiel de ces nouvelles technologies. Dans ces cas, les services publics pourraient piloter des projets de différentes technologies – à la fois des compteurs intelligents et un jumeau numérique en même temps, par exemple. Cela peut aider ces services publics à évaluer s’ils veulent réduire l’eau non génératrice de revenus ou améliorer leurs opérations, et à se développer à partir de là. Ces investissements plus modestes peuvent donner aux services publics une idée beaucoup plus claire de la direction qu’ils veulent prendre ensuite.

Technologies numériques de l’eau comme
Qatium
sont une bonne option pour ce type d’implémentation incrémentale. Il s’agit d’une solution open source gratuite que les services publics peuvent transformer en une solution beaucoup plus professionnelle qui peut répondre à tous leurs besoins.

Pour conclure, les services publics ont besoin de deux choses pour réussir leur transformation numérique : une très bonne compréhension de ce qu’ils veulent réaliser et commencer par de petits investissements dans l’intention d’une croissance continue.

Experts Qatium


Enrique Cabrera
est le vice-président principal de l’Association internationale de
l’eau
et est l’un des
nombreux experts
que nous co-créons avec Qatium.

Enrique Cabrera

About Enrique Cabrera