Environ un million de personnes meurent chaque année en raison du manque d’accès à l’eau potable. Les enfants et les personnes âgées sont les plus vulnérables. Cela se traduit par près d’un millier d’enfants morts quotidiennement des suites de maladies liées à la contamination de l’eau. Le développement d’un approvisionnement bien géré ainsi que de systèmes d’assainissement sans eau permettrait d’améliorer considérablement la qualité de vie de plus de 700 millions de personnes. En particulier de ceux qui ont des difficultés à accéder à une source continue d’eau de qualité.

Eau perdue

L’eau douce est une ressource naturelle essentielle à la vie, mais d’ici 2025, la moitié de la population mondiale vivra probablement dans des régions où l’eau se fera rare. Actuellement, certaines villes présentent des pertes d’eau de plus de 50 %. Cela illustre l’énorme gaspillage de cette ressource vitale. Le manque de gestion optimale génère des gâchis considérables. En outre, de nombreuses ressources nécessaires pour traiter l’approvisionnement en eau et le réseau d’assainissement sont gaspillées. Par conséquent, il est essentiel de disposer d’une mesure continue et précise du réseau d’eau. Cela garantit une gestion optimisée en minimisant le pourcentage de perte d’eau.

réseaux d’eau-diminution de l’accès

Le problème de l’eau gaspillée 

L’eau non enregistrée est la différence entre l’eau injectée dans le réseau et la somme de tous les compteurs. Si les systèmes étaient parfaits, cette mesure serait nulle. Ce n’est toutefois pas le cas, et ce essentiellement pour deux raisons :

Tout d’abord, en raison des erreurs de mesure. Deuxièmement, en raison des fuites présentes à travers le système.

Les progrès technologiques permettent de réduire les imprécisions des capteurs. Mais d’un autre côté, les fuites présentes dans les réseaux d’alimentation sont principalement dues à un manque d’entretien. Il est nécessaire de rénover les éléments qui les composent. La pression excessive dans les réseaux d’eau peut également provoquer des fuites. Il y a encore beaucoup à faire pour optimiser et réduire cette fraction d’eau non enregistrée.

En bref, le volume perdu dans le réseau dépendra des facteurs suivants :

  1. Âge des tuyauteries
  2. Pression du système
  3. Variations de débit quotidiennes
  4. Capteurs du réseau
  5. Temps de réponse des gestionnaires
  6. Connexions illégales

Actuellement, il existe des réseaux d’approvisionnement dans certaines villes qui perdent plus de 50% de leur eau

QatiumAssistant intelligent

Stratégie pour éviter la perte d’eau

Il est fondamental de proposer une bonne stratégie de gestion des pertes d’eau. Nous proposons les questions suivantes pour résoudre le problème :

  1. Quel est le volume d’eau perdu ? Il est nécessaire de calculer le bilan hydrique du réseau. Il résulte de la différence entre le volume d’eau injecté et le volume d’eau facturé.
  2. Où se produisent ces pertes ? Un audit du réseau permet de localiser les fuites. À ce stade, il est d’une importance vitale que le réseau dispose de capteurs pour détecter où se produisent les fuites. Le traitement des données est essentiel. Cette solution devrait prendre le moins de temps possible. Cela entraîne une réduction du gaspillage d’eau.
  3. Pourquoi l’eau est-elle perdue ? Détecter les raisons pour lesquelles ces pertes se produisent nous permet de trouver des solutions au problème. Pour cela, il est essentiel de disposer d’une large connaissance du réseau géré.
  4. Que pouvons-nous faire pour l’éviter ? Il est essentiel d’établir une stratégie claire de contrôle des fuites pour choisir une solution efficace et efficiente au problème. Les études utilisant la simulation de scénario nous permettent de déterminer la solution optimale.
  5. Comment pouvons-nous empêcher que cela se produise à l’avenir ? Une fois le problème résolu, l’objectif est de l’éviter. Il est nécessaire de maintenir une stratégie durable et de préserver les acquis.
réseaux d’eau-canalisations

Entretien des conduites d’eau

Le présent et l’avenir

La collecte et l’analyse des données sont essentielles pour établir une stratégie optimale de réduction des fuites. Un large éventail de possibilités s’ouvre en améliorant et en réduisant les coûts de la sensibilisation (IoT). En outre, les progrès dans le traitement des gros volumes de données (mégadonnées) peuvent être utiles. L’amélioration des techniques de traitement grâce à l’utilisation de l’intelligence artificielle permet d’effectuer des progrès significatifs dans la réduction des pertes d’eau. De grands défis se profilent, et avec les bons outils, des solutions aux problèmes qui semblent aujourd’hui impossibles pourront être trouvées.